La Seigneurie d'Argenteuil

en Nouvelle France


Les premiers occupants de ce territoire étaient des Amérindiens

Avant le XVIème siècle, des tribus d'Algonquins vivaient déjà
sur une bande de terre au nord du fleuve Saint-Laurent,
entre la Région de l’Outaouais et celle des Trois-Rivières.


L'histoire des Algonquins

En 1609, Les Français s’allièrent aux Algonquins, aux Montagnais,


Cliquer sur la gravure

aux Micmacs et aux Hurons, ce qui allait entraîner la Nouvelle-France
dans une série de guerres meurtrières contre les Iroquois.


Dictionnaire Français - Montagnais - 1674
Cliquer sur la gravure


Un des premiers dictionnaires vieux Français - Amérindien - 1544

La rivière des Outaouais, appelée "la Grande Rivière",
devint alors la principale voie du commerce des peaux.

En 1640, les Iroquois exterminèrent la nation Huronne, dont les derniers survivants
se retranchèrent au nord de la ville de Québec, puis s’attaquèrent aux Algonquins
en les éliminant complètement des Laurentides, en une dizaine d’années.

Cliquer sur la gravure

C’est dans ce contexte guerrier qu’en mai 1660, le jeune Adam Dollard des Ormeaux

rassembla dix-sept autres colons, auxquels se joignirent quarante-cinq guerriers
hurons et algonquins, pour attendre en embuscade les Iroquois au lieu-dit "Long-Sault",
alors situé entre les villages de Grenville et de Carillon.

              
Bel et rare opuscule sur Adam Dollard des Ormeaux édité en 1895
(© Propriété du Comte d'Argenteuil - Reproduction interdite)

Cliquer sur les images

Ils y affrontèrent des centaines de guerriers iroquois qui se préparaient à attaquer la colonie.
La bataille dura plusieurs jours et seul un Huron survécut au massacre.
Cette lutte sanglante signala le début d’une trêve d’une vingtaine d’années des hostilités
entre Iroquois et Français, et fit d'Adam Dollard des Ormeaux, un héros.


Paysage d'Argenteuil (Photo : Bureau du cinéma et de la télévision d'Argenteuil-Laurentides).

La guerre reprit de plus belle dans les années 1680 et des Iroquois assaillirent plusieurs voyageurs
à la hauteur de "Long-Sault". En août 1701, la signature du traité de La grande paix de Montréal


Cliquer sur l'image

ramena enfin le calme et la colonie put dès lors reprendre son expansion.


Des cabanes en Outaouais
Cliquer sur la gravure


Certains documents accessibles par les liens de cette page nécessitent


La Seigneurie d’Argenteuil

La Seigneurie d'Argenteuil est située au sud-ouest des Laurentides

-------------------------------------------------


Une photo satellite de la région d'Argenteuil

-------------------------------------------------

Souhaitant peupler l’arrière-pays de la Nouvelle France, les autorités y concédèrent
de nouvelles Seigneuries, au nom du Roi de France.

-------------------------------------------------


Argenteuil sur Armançon, en Bourgogne - France.

  
Cliquer sur les photos
Deux photos de M. Patrick Bertin.

-------------------------------------------------


Louis de Buade, Comte de Frontenac et de Palluau.

C’est ainsi que le gouverneur Frontenac attribua à Charles-Joseph d’Ailleboust
des Musseaux, le Fief et la Seigneurie d’Argenteuil, ainsi nommés car celui-ci,
bien qu'originaire d'Ancy le Franc, était propriétaire
d’un château situé à Argenteuil sur Armançon, en France (Bourgogne).

                     
Armoiries de Ancy le Franc et Pavillon de Bourgogne.

Charles-Joseph d’Ailleboust des Musseaux,
fut gouverneur intérimaire de Ville-Marie en 1651,
et son anoblissement avait été confirmé en 1652, par le Roi de France.

-------------------------------------------------

Les plus anciens d'Ailleboust connus sont Pierre d’Ailleboust,
médecin du Roi de France, François 1er,
et son fils Jean, Premier médecin du Roi de France, Henri IV.


Plaque commémorative située à Ancy le franc, en Bourgogne - France.
Photo : Mme Sylvie Ravet-Biton.

Arrivé à Montréal en 1643, le petit-fils de Jean,
Louis d’Ailleboust de Coulonge et d'Argentenay
devient gouverneur de Ville-Marie (Montréal) en 1645,
puis troisième gouverneur de la Nouvelle-France, en 1648.


Sceau du Conseil Supérieur de la Nouvelle France.

-------------------------------------------------

C’est donc au neveu de Louis : Charles-Joseph d’Ailleboust des Musseaux
garde du corps du Roi de France, Seigneur de l'Isle-Bourdon,
qu’est concédée, en 1680, la Seigneurie d’Argenteuil,
territoire d'une contenance de 54 000 acres, soit 21 852 hectares.

Lieutenant de la garnison de Montréal puis bailli de la Sénéchaussée,
il n’occupera jamais sa charge de Seigneur d’Argenteuil.


Paysage d'Argenteuil (Photo : Bureau du cinéma et de la télévision d'Argenteuil-Laurentides).

C’est son fils Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil qui en rachetant la
Seigneurie en 1697, deviendra le véritable premier Seigneur d'Argenteuil.
Il le restera jusqu'à sa mort, en 1711.

Pierre d’Ailleboust d’Argenteuil épousa Marie-Louise Denys de la Ronde
qui développera la Seigneurie et y construira,
entre 1721 et 1724, le premier Manoir Seigneurial
qui aujourd'hui a disparu, dans un incendie.
Marie-Louise Denys de la Ronde décèdera en 1747.

-------------------------------------------------



Le Fief d'Argenteuil se trouvait à environ 80 km de Ville-Marie (l'actuelle ville de Montréal)
et comprend plusieurs îles dont celle de Carion, appelée ultérieurement Carillon.



Ce n’est toutefois qu’à compter de 1732 que les premiers colons s’y installèrent et en 1740,
seulement cinq familles françaises étaient établies aux abords de la rivière des Outaouais.

-------------------------------------------------

En 1746, le Roi de France attribua un second territoire au Seigneur d'Argenteuil.
Ce territoire ne pu être développé assez rapidement, au gré du Gouverneur,
et fut donc, en définitive bien plus tard, intégré au Comté de Joliette.

Bordée de rouge, la Seigneurie d'Argenteuil, et bordé de bleu le nouveau territoire,
dénommé la Seigneurie d'Ailleboust, d'une superficie importante,
concédé au Seigneur d'Argenteuil de l'époque.

-------------------------------------------------


Les possessions d'Amérique vues par les français en 1787

-------------------------------------------------

La Seigneurie d'Argenteuil changea plusieurs fois de mains
et devint la propriété de Monsieur Pierre Louis Panet en 1781.

Puis, la Seigneurie fut acquise par le Major Patrick Murray,
ancien commandant de Fort Detroit, en 1793,
qui donnera le nom de St Andrews au premier village.

La Seigneurie d'Argenteuil fut transférée à Monsieur James Murray en 1803.

-------------------------------------------------


Plaque commémorative située à Saint André d'Argenteuil - Photo : Mme Renée Gauthier.

Les premiers immigrants, originaires du Massachusetts, y arrivèrent en 1803.
Ils participèrent au développement
du premier village : St Andrews (devenu plus tard Saint André Est),
et y construisirent la première papeterie du Canada.

-------------------------------------------------


Une carte de la Seigneurie d'Argenteuil.
Cliquer sur la gravure

-------------------------------------------------


Une autre carte de la Seigneurie d'Argenteuil.
Cliquer sur la gravure

-------------------------------------------------

Sir John Johnson acquit la Seigneurie le 26 décembre 1808, y dirigeant de nombreux
loyalistes américains, qui se fixèrent d’abord à Saint-André, puis au village de Carillon
et enfin, dans le hameau qu’était alors Lachute.

-------------------------------------------------


Saint André d'Argenteuil - Détails d'un tableau peint en 1844. Photo : Mme Renée Gauthier.
Diverses vues de ce tableau exposé au Musée Régional d'Argenteuil.

-------------------------------------------------

Les colonisateurs américains furent suivis par des immigrants des îles Britanniques,
en majorité des Écossais et, plus tard, des Irlandais. C’est autour de ce noyau d’Anglo-Saxons
que se constitua le peuplement permanent d’Argenteuil.

Cela explique que la région fut majoritairement anglophone jusqu’au début du XXème siècle,
alors que cette population n'était plus que de 36 % en 1941, et de 19 % en 2001.

-------------------------------------------------

Le développement du territoire s’est donc fait du Sud vers le Nord,
au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux groupes d’immigrants qui défrichèrent les terres,
exploitèrent les forêts et les mines, et firent naître les municipalités actuelles.


Le régime Seigneurial d'origine Française a été officiellement aboli au Québec, en 1854.
Les Seigneuries n'existent donc plus.

Seuls restent les titres de Seigneur, dont certains sont toujours portés.

Ces titres sont héréditaires et sont donc transmis de génération en génération.

Le titre de Seigneur d'Argenteuil créé par Louis le Quatorzième, Roi de France,
n'est plus reconnu par la France devenue une République, en 1789.

Toutefois, ce titre est toujours reconnu par les pays du Commonwealth
et par de nombreux pays encore aujourd'hui sous le régime de la Royauté.


  Le Seigneur d’Argenteuil, aujourd'hui

L'actuel héritier du titre ancestral de Seigneur d'Argenteuil est
Alain Chebroux, également Comte d'Argenteuil et Baron de Grenville.

    


La suite avec la page du Comté d'Argenteuil : LCA


Remerciements : Certaines des données ci-avant ont été  fournies par Son Altesse Impériale Prince Normand,
Monsieur le Maire d'Argenteuil sur Armançon (France), Madame Sylvie Ravet-Biton, Monsieur Marc-Gabriel Vallières,
Monsieur Patrick-Sohny de Perron, Monsieur le Préfet de la MRC D'Argenteuil,
Madame Renée Gauthier, la Bibliothèque Nationale du Québec, et l'Atlas du Canada.


© Alain Chebroux, Comte d'Argenteuil : www.comte-argenteuil.com
© Comte Alain Chebroux d'Argenteuil. La Seigneurie et le Comté : www.argenteuil.name