Louis le Quatorzième, Roi de France

Sa naissance au Château de Saint-Germain-en-Laye apparut comme miraculeuse, se produisant après 23 ans d'un mariage sans enfant de ses parents Louis XIII et Anne d'Autriche. Il fut prénommé Louis Dieudonné, car on voyait en sa venue une grâce du ciel après le vœu de Louis XIII (consécration de la France à la Vierge Marie en août 1638). Il fut suivi, deux ans plus tard, par Philippe, d'abord titré Duc d'Anjou, puis Duc d'Orléans.

Aussi connu sous le nom de « Roi Soleil », Louis renforça la monarchie en France, comme le résume la citation apocryphe «l'État, c'est moi !». Cette phrase est de plus en plus contestée par les historiens, en particulier du fait que son règne à été marqué par de grandes avancées en droit public dans la distinction de la personne physique du roi et de l'Etat allant totalement à l'encontre de l'amalgame de cette phrase entre l'homme et sa fonction. Durant son règne, de plus en plus de restrictions furent placées envers les protestants. Ainsi, en 1685, il révoqua l'Édit de Nantes promulgué moins d'un siècle plus tôt par son grand-père Henri IV.

         

Monnaie de Louis XIV (4 sols - 1676) (Collection privée)

Louis XIV s'appliqua à affaiblir les membres de la noblesse d'épée en les obligeant à servir comme membres de sa cour en transférant la réalité du pouvoir à une administration très centralisée et à la noblesse de robe. À cette fin, il construisit à Versailles, dans un parc aux jardins géométriques, un grand palais situé à une quinzaine de kilomètres à l'Ouest de Paris, et une ville attenante.

Des problèmes de succession et la santé dégradée du Roi assombrirent la fin de son règne. Il perdit en 1711 son fils Louis de France (le Grand Dauphin). L'année suivante son petit-fils le Duc de Bourgogne et le fils aîné de celui-ci moururent de la variole. Le Grand Dauphin avait deux autres fils. L'un d'entre eux, roi d'Espagne sous le nom de Philippe V, dut renoncer à ses droits à la succession du trône de France à l'issue de la guerre de Succession d'Espagne, par le traité d'Utrecht. Quant à l'autre, le Duc de Berry, il mourut en 1714. Le seul descendant mâle légitime de Louis XIV était alors le Duc d'Anjou, fils cadet du Duc de Bourgogne et arrière-petit-fils de Louis XIV, un petit garçon de santé fragile né en 1710. Comme il ne restait qu'un petit nombre de princes du sang dans d'autres branches, Louis XIV décida de renforcer la famille royale en donnant le droit de succession au Duc du Maine et au Comte de Toulouse, deux fils illégitimes qu'il avait eu de Madame de Montespan.

Louis XIV mourut le 1er septembre 1715 de la gangrène. Sur son lit de mort, il déclara : «Je m'en vais, mais l'État demeurera toujours». Son règne avait duré 72 ans et 100 jours. Il fut enterré dans la basilique Saint-Denis. Son arrière-petit-fils le Duc d'Anjou, âge dé cinq ans, devint Roi sous le nom de Louis XV, la régence étant exercée, durant sa minorité, par le Duc d'Orléans, neveu et gendre de Louis XIV.

Le règne de Louis XIV fut caractérisé par la domination culturelle de la France. Le Français s'imposa comme le langage de l'aristocratie et de la diplomatie au XVIIe siècle) puis au XVIIIe siècle) en particulier en Russie.

En 1674, l'île de la Martinique fut achetée par le gouvernement français à une entreprise française privée qui l'avait acquise en 1635. En 1689, Louis XIV promulgua le «Code noir», autorisant le plein usage des esclaves dans les colonies. Le Code noir, vu par ses détracteurs comme une institutionnalisation de l'esclavage, avait été conçu pour limiter les sévices et donner un statut aux esclaves qui n'étaient avant ce code qu'un bien, au même titre qu'une chaise. Avec ce code, il leur était reconnu un droit à la propriété limité mais existant, un droit à la retraite avec la vieillesse, une obligation de bon traitement pour les propriétaires et l'obligation de bien les nourrir. Ce code a donc accordé un cadre à la traite des noirs de l'époque.

Louis XIV fut aimé en France pour sa vigoureuse promotion de la grandeur de la France. Cependant, l'état de guerre permanent mena l'État à la banqueroute, le forçant à lever de lourds impôts sur la paysannerie. Selon l'historien français Alexis de Tocqueville, la transformation de la noblesse en courtisans, couplé avec une bourgeoisie qui pouvait s'exprimer mais qui n'avait pas accès au pouvoir politique contribua aux futures instabilités politique, sociale et économique, qui menèrent à la Révolution française.

Au début de son règne l'autre grande puissance en Europe était l'Espagne. Mais le Royaume-Uni était devenu le concurrent le plus redoutable à la fin de son règne.

Source : Texte modifié, sur la base de l'Encyclopédie Wikipedia.

Retour

Alain Chebroux, Comte d'Argenteuil : www.comte-argenteuil.com
© Comte Alain Chebroux d'Argenteuil. La Seigneurie et le Comté : www.argenteuil.name